FORM.ATHLON Aventure, le Kilimandjaro dans les yeux.

DSCN0110

Nous étions donc cinq : Wilfrid (l’organisateur), Edith, Luc, Bernard et Pierrick pour accomplir la montée du Kilimandjaro en cette période propice de l’année sans neige…

Arrivée le lundi 1er février à 21h50 sur « kilimandjaro airport » en Tanzanie aprés un voyage de 13 heures en comptant notre escale à Amsterdam. Notre guide venus nous chercher pour ce trekking s’appele Erasto et a dû patienter un certain temps à l’extérieur compte tenu des formalités administratives.

Nous voici donc en mini bus aux alentours de 23h15 bien passé en direction du Moyoni Lodge situé à une heure de route environ pour prendre possession de nos chambres et essayer de récupérer du voyage.


 

form.athlon.fr

Mardi 2 février 2016

Après une nuit très courte de sommeil et un copieux petit déjeuner au lodge, nous embarquons matériels et équipements à bord du mini bus, direction le massif montagneux du Kilimandjaro situé à 01h45 de route. Nous faisons la connaissance de nos porteurs, des responsables de la logistique (je veux parler de la « popote ») et du chauffeur qui semble se faufiler comme un vélo dans le flot de la circulation. Nous arrivons devant le Park National du site en question gardé par des militaires armés : pas de problèmes, les papiers sont en règles !!! Notre altitude de départ du trek est de 1800 m pour une arrivée prévue à + 3000 m sur notre premier camp de base « Machame Hut ». Nous traversons une forêt particulièrement luxuriante une grande partie de la journée sur une marche de progression de 6h00 environ.


 

form-1.athlon.fr

Mercredi 3 février 2016

Première nuit en camp de base sous les tentes avec une nuit perturbée par des réveils successifs pour certains. Notre guide Erasto nous informe que notre prochaine étape pour la nuit prochaine sera un camp de base situé à 3700 m d’altitude et aura une importance capitale pour l’acclimatation. Notre temps de marche est de plus de 6 heures avec une arrivée vers 16h30. L’environnement a un peu changé puisque nous traversons une végétation beaucoup moins haute composée de bruyères et de pierres volcaniques entre autres. Arrivée au camp de base « Shira » avec en ce qui me concerne une migraine insupportable (signe du Mal Aigue des Montagnes).


 

form-3.athlon.fr

Jeudi 4 février 2016

Réveil un peu poussif (3 d’entre nous souffrent de l’altitude) mais avec une magnifique vue sur le Kilimandjaro. Après un petit déjeuner toujours copieux, nous reprenons la route en direction de la vallée de Barranco située à environ 7 heures de marche. Petit Arrêt en milieu de journée au col de Lawa Tower situé à 4600 m pour le déjeuner sous la tente et sous la pluie pour la 1ère fois. Puis descente sur le camp de « Barranco Hut » situé à 4000 m pour une nuit d’acclimatation. La fatigue se fait sentir avec l’accumulation des efforts et de l’énergie dépensée…


 

form-2.athlon.fr

Vendredi 5 février 2016

Départ pour une marche de 6h00 environ à destination de notre prochain camp de base « Barafu camp » situé à  4500 m. La difficulté de la journée est de passer la grande muraille de Barranco haute de + 300 m. Les étapes du matin se font maintenant avec une fatigue cumulée mais dans une bonne ambiance. La marche de l’après midi est éprouvante pour moi même et Edith. Nos deux montagnards que sont Luc et Pierrick s’en sortent très bien. Quant à Bernard, il suit le mouvement mais à son rythme : « polé, polé » comme disent les guides tanzaniens. Arrivée très tardive pour moi même et Edith qui ne pourra plus continuer sur l’ascension du sommet. Aprés consultation avec Erasto, notre guide, nous décidons de ne pas continuer plus haut pour ne pas prendre de risque inutile : trop de fatigue cumulée et pas assez d’heures de sommeil effectif pour récupérer des efforts rencontrés tout au long de la journée. D’autant plus que les visages gonflent et l’appétit n’est plus au rendez vous.


 

DSCN0194

Samedi 6 février 2016 

Départ à minuit de ce qui reste du groupe, c’est à dire Luc, Pierrick et Bernard pour l’ascension finale du Kilimandjaro à 5895 m. En ce qui me concerne avec Edith, nous essayons de finir notre nuit dans nos tentes. Réveil dans la matinée sous le soleil alors que nos trois compagnons doivent être arrivés au sommet maintenant. Petit déjeuner trés sympathique avec Edith face au Kili où le temps imparti est à notre libre appréciation. Petit déjeuner très liquide puisque le solide ne passe plus vraiment. Nous constatons l’arrivée de Luc et Pierrick dans un état de fatigue bien compréhensible suivi de Bernard dans un état de fatigue très avancé encadré solidement par notre guide Erasto et ses deux guides adjoints. Après un temps de repos bien mérité et un bon déjeuner, le groupe reconstitué repart en direction du camp de base « Mweka » situé à 3000 m pour notre prochaine nuit. Descente sans difficultés mais nous tournant le dos définitivement au  Kilimandjaro. Nous arrivons sur le site vers 18h45. Edith est sans appétit et fait l’impasse du repas solide. Quant à nous, l’appétit semble revenir progressivement. Après cette rude journée, personne ne demande son reste pour aller se coucher.


 

form-4.athlon.fr

Dimanche 7 février 2016

Nuit de sommeil parfaite en ce qui me concerne, c’est avant tout les bienfaits du passé sportif qui reprennent le dessus. Dernier petit déjeuner avec tous les membres de l’équipe. Edith n’est pas dans une forme olympique mais participe à la vie du camp. Remise des fameux « Tips » (pourboires) dans un cérémonial de chants swahili. Descente jusqu’à la porte d’entrée du park « Mweka camp » atteinte au bout de 4 heures de marche. Reprise de notre mini bus pour retour sur le Moyoni lodge à Arusha où nous passerons notre dernière nuit.


 

form-5.athlon.fr

Lundi 8 février 2016 

Notrre dernière journée avant notre envol de 21h50 est consacrée à la visite des marchés d’Arusha en compagnie d’Erasto qui nous a fait la gentillesse de nous servir de guide. Petit arrêt dans un restaurant typique du secteur et échanges sur les dernières informations avant de nous quitter…mais à bientôt pour de nouvelles aventures avec FORM.ATHLON.

 

Wilfrid Lalande, coach sportif, conseiller en équilibre alimentaire

Spread the word. Share this post!